Poèmes Commentés
Les meilleurs rêves de la poésie Française


Des Vers Inoubliables!

RETOUR PERIODES THEMES AUTEURS LIENS

15eme Siècle16eme
Siècle
17eme Siècle18eme
Siècle
19eme
Siècle
20eme Siècle21eme SiècleClassiqueRomantique



RECHERCHER

FOCUS
L'école De Versification
La Poésie Au Théâtre
Poésie Et Sculpture
Poésie Et Musique
Poésie Et Peinture

POÈMES CHOISIS
Poème 0
Poème 1
Poème 2
Poème 3
Poème 4
Poème 5
Poème 6
poème 7
Poème 8
Poème 9
Poème 10
Poème 11
Poème 12
Poème 13
Poème 14
Poème 15
Poème 16
Poème 17
Poème 18
poème 19
Poème 20
Poème 21
Poème 22
Poème 23
Poème 24


Topics

Événements de l'époque :: La vie des Auteurs :: Les contextes
Current Date/Time 2

Poésies!
L'école De Versification



TABLE DES MATIERES

Introduction
Le Compte Des Mètres
E Caduc Et E Muet
Diérèses Et Synérèses
La Césure
L'Enjambement
Le Rejet
La Rime
Les Différentes Dispositions De Rimes.
Les Différents Type De Vers
Les Différentes Types De Strophes.
Les Effets Sonores: Hiatus, Allitérations Et Cacophonies
Les formes fixes


Introduction

La versification constitue une grammaire et une syntaxe qui s'appliquent à
l'utilisation du langage à des fins uniquements artistiques. C'est un ensemble
de règles qui président à la poésie classique et qui trouve son origine dans les
chansons des troubadours du début du moyen-age.


Le Compte Des Mètres.
Un vers (ou mètre) commence toujours par une majuscule et fini toujours par une rime.
La versification Française est syllabique.  Cela signifie qu'elle est fondée sur le nombre des
syllabes.

Exemples:

                  "Seuls, les grands blés mûris,        tels qu'une mer dorée"
Métrique         1      1         1         1        2                 1       2        1       2


                  "Effacent lentement                 la marque des baisers"
Métrique          3            3                             1       2         1        2


                  "Jeté par l'ouragan                 dans l'éther sans oiseau"
Métrique      2     1         3                              1       2           1         2


Comme on peut le voir il n'y a pas de distinction entre les syllabes longues et
brèves comme en grecs ou en latins ou entre les syllabes accentuées ou atones
comme dans les langues anglo-saxonnes



E Caduc Et E Muet

L'e caduc, même suivi de la consonne s ou de la terminaison nt, ne compte pas à
la fin d'un vers.

Exemples:

                  "Nous savons que le mur    de la prison recule"
Métrique     1           2           1    1     1      1      1     2       2 (et non 3)


                  "Maintenant que Paris,    ses pavés et ses marbres,"
Métrique              3           1     2            1         2      1   1         1 (et non 2)


                  "Les mois, les jours, les flots   des mers, les yeux qui pleurent"
Métrique       1       1       1    1        1    1          1       1       1       1    1       1 (et non 2)





Le E caduc s'élide (liaison) devant un mot commençant par une voyelle ou un h
muet.

Exemples:

                  "Et sa brume et ses toits   sont bien loin de mes yeux "
Métrique     1   1     1+      1   1     1          1       1     1     1     1     1

                  "Moi, l'autre hiver, plus sourd    que les cerveaux d'enfants"
Métrique       1       1+      2        1        1           1     1         2           2

                  "Plus hideux, plus féroce,    ou plus désespéré"
Métrique       1        2          1       2+          1     1            4


Depuis Malherbe le e caduc final précédé d'une voyelle ne peut être mis dans le
corps d'un vers que si le mot suivant commence par une voyelle ou en h muet.


Exemples:

"Non! de sa vie à tous"   est correct.
"Non! de la vie de tous"  ne l'est pas.


Avant Malherbe le e caduc précédé d'une voyelle ce prononçait et comptait comme
un mètre:
Exemple:
                  "Marie, qui voudrait   votre nom retourner"
Métrique       3*       1       2             2       1         3

Car cela ce prononçait: " 'marieu' qui voudrait votre non retourner"

Malherbe  établissait cette règle afin de permettre la transition entre ceux qui
prononçaient toujours le e suivant une voyelle et ceux qui ne le faisait plus et
cette règle fut respectée par la plupart des poètes depuis le 17ème
jusqu'au début du 20ème siècle.

Pourtant elle ne se justifie plus puisque le e caduc ne se prononce plus. (e
devenu muet) quant il suit une voyelle.

D'une manière similaire dans les verbes conjugués ce terminant en "aient"
(troisième personne pluriel)
l'e ne compte pas comme un mètre car il ne se prononce jamais ces mots peuvent
entrer dans le corps du vers, même devant une consonne.

Exemples:

                  "De tous ces coeurs joyeux    qui   battaient        sous ses toits"
Métrique     1     1       1        1         2            1     2(et non 3)       1     1       1

                  "Tous ces volets fermés    s'ouvraient          à sa chaleur,"
Métrique          1    1      2          2            2(et non 3)         1   1       2

                  "Des noyés descendaient        dormir à reculons !"
Métrique     1         2         3(et non 4)                2     1       3


A l'intérieur d'un vers, l'e caduc, suivi des consonnes s, nt, compte toujours
pour une syllabe. (sauf pour les terminaisons en "aient" comme indiqué ci-
dessus)

Exemples:

                  "Ses houles où le ciel met d'éclatants îlots"
Métrique       1     2*         1   1    1    1            3          2

(Appréciez l'effet sonore imitant la houle de l'océan qui résulte de cette
règle: "Ses houles où. . .")

                  "Où tendent tous les fronts qui pensent et qui rêvent"
Métrique :     1       2          1     1      1        1      2*        1   1        1


                  "Oui, je vous revois tous, et toutes, âmes mortes!"
Métrique :     1    1    1       2         1      1     2*        2          1   



Diérèses Et Synérèses

Diérèses

Il y a diérèse quant deux voyelles contiguës se prononcent en deux syllabes et
compte pour 2 mètres.

Exemples

                  "Dans leur ascension n'aime que l'escalade,"
Métrique :      1       1          4*              2         1          3

(ascension pourrait compter pour 3 mètres mais pour respecter la métrique le
lecteur doit ici prononcer: A+scen+ti+on) ce qui est conforme à la poesie classique.

                  "A quelque évasion que l'air pur nous invite,"
Métrique : 1        1            4*         1     1     1     1        2
(4*: é+va+si+on)


                  "Que la création est une grande roue"
Métrique :     1   1      4*         1    2        2          1
(4*:cré+a+ti+on)

                  "O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux!"
Métrique :   1      3             2       3*      1     1     1*

(3*:vi+o+let 1*:Yeux. "violet" peut aussi compter pour deux mètres(synérèse)
alors il faudrait faire la diérèse pour "yeux" y+eux. Pourtant le premier choix
est conforme aux règles de versification classique.
  

Synérèses

Il y a synérèse quant deux voyelles contiguës se prononcent en une seule syllabe
et compte pour 1 mètre.


                  "Et sa brume et ses toits sont bien loin de mes yeux"
Métrique:   1   1       1       1   1      1       1     1*     1*   1     1       1*

("Bien", "loin", et "yeux" pourrait chacun compter pour deux mètres ce qui
conduirait le lecteur à prononcer ces mots comme tel: Bi+ien, Lo+in et Y+eux
Dans le cas ci-dessus la métrique ne le permet pas car le vers aurait alors
quinze mètres au lieu de douze) De plus cela ne serait pas conforme à l'usage
classique ou romantique.


                  "Je viens à vous, Seigneur, père auquel il faut croire;"
Métrique :  1     1*     1   1           2             1            2    1    1        1

(1*: Vien au lieu de Vi+en)

                  "Bon, clément, indulgent et doux, ô Dieu vivant!"
Métrique :     1           2              3         1     1     1    1*      2
(1*: Dieu au lieu de Di+eu)


La Césure
La césure est une pause à l'intérieur d'un vers qui suit une syllabe accentuée.
L'existence ou l'absence de  césure ainsi que sa position dans le vers a une
importance considérable dans le rythme du vers. La césure divise les vers en
hémistiches. Dans la versification classique la césure apparaît toujours aussi
mêmes endroits pour un type de vers donné.

Exemples

                  "J'ai vu le soleil bas,     I      tâché d'horreurs mystiques,"
Métrique:   1     1   1     2     1    césure     2            2                   2
La césure est ci-dessu renforcée par une virgule.


                  "Illuminant de longs     I        figements violets,"
Métrique :           4         1     1    césure         3              3(Diérèse)


                  "Pareils à des acteurs    I        de drames très-antiques"
Métrique :      2        1   1         2    césure   1        2         1         2

                  "Les flots roulant au loin     I      leurs frissons de volets!"
Métrique :   1     1       2     1   1         césure     1       2            1     2

La césure est à 6/6 (classique) dans tous ces vers de 12 métres. Noter le rythme
produit.


                  "La boue aux pieds       I         la honte au front       I          la haine au coeur."
Métrique:     1     1      1     1        césure   1     1       1     1     césure    1     1       1     1

Dans l'exemple ci-dessus Les césures sont à 4/4/4

                    "A noir,   I       E blanc,      I        I   rouge,     I        U vert,      I       O bleu:   I   voyelles,"
Métrique :   1    1    cés.   1    1         cés.   1       1        cés.    1     1     cés.   1   1      cés.   2

ci-dessus, les césures sont à 2/2/2/2/2/2


                  "Je courus!     I      Et les Péninsules démarrées"
Métrique :  1       2         cés.   1    1          4                    3

ci-dessu, la césure est à 3/9

On aura compris qu'avec la césure tous les coups sont permis. Au cours
des temps, les versificateurs ont pris de grandes libertés avec la césure
afin d'éviter la monotonie. La position et le nombre de césures dans un vers
est donc à la discrétion de l'auteur. Il est pourtant conseillé de ne pas abuser
de cette liberté car cela peut conduire à une versification chaotique désagréable
à lire ou à dire.



L'Enjambement;
Il y a enjambement lorsqu'une partie de phrase, de faible longueur, est placée
en fin de vers et continue dans le vers suivant.

Exemples:

                  "Pourtant ils n'ont pas peur.                             La vérité suscite
Métrique:          2        1      1       1    1     Début enjamb    1     3        2


                  "Au plus timide front que son amour visite
Métrique :   1     1       3         1       1     1       2          2


                  "Le frais myosotis se souvenait;                             les roses"
Métrique :    1    1           4          1         3          Début enjamb.   1     1   


                  "Cherchaient ses pieds avec leurs lèvres demi-closes;"
Métrique :             2             1       1        2       1        2          2         1   


                  "Ils étaient quatre, et tous affreux.                           Une litière
Métrique:    1      2           1         1   1       2        Début enjamb.   2     2

                  "D'ossements tapissait le vaste bestiaire;
Métrique:               3                  3       1      2           3



Le Rejet
Il y a rejet lorsqu'une partie de phrase, de faible longueur, est placée en
début de vers et continue une phrase commencée dans le vers précédent.


Exemples:

                  "Moi, l'autre hiver, plus sourd que les cerveaux d'enfants,"
Métrique :    1        1        2         1       1         1    1         2                2   

                  "Je courus !                        Et les Péninsules démarrées. . .
Métrique :   1     2            fin du rejet    1  1           4                   3



                   "Nous avons écouté, retenant notre haleine"
Métrique:       1        2            3            3           1        2

                   "Et le pas suspendu.                     -Ni le bois ni la plaine. . ."
Métrique :   1  1   1          3           fin du rejet     1   1   1     1   1     1

(Appréciez l'effet résultant de ce rejet qui marque la suspension de l'haleine
et du pas.)



                  "Grandiras-tu toujours, grand arbre plus vivace"
Métrique :         3           1      2              1         2       1       2

                   "Que le cyprès ?                   -Pourtant nous avons, avec soin. . ."
Métrique :     1    1     2          fin du rejet         2         1         2         2       1



La Rime

La rime est la répétition,  de syllabes ayant au moins une voyelle identique qui
se prenoncent à la fin d'au moins deux vers. La dernière syllabe prononcée d'un
vers constitue donc la rime de ce vers.

Il y a quatre types de rimes : les rimes singulières plurielles, féminines et
masculines.
Il y a aussi bien sur leur combinaisons féminines singulières, singulières
plurielles. . . etc.


Une rime est plurielle quand elle se termine par s,x,z. Une rime est singulière
dans le cas contraire.

Exemple:

                  Ce toit tranquille,             où marchent des colombes, (*plurielle avec s)
Métrique :  1    1            2         Ces.   1          2           1           2   

                  Entre les pins      palpite, entre les tombes; (*plurielle avec s)
Métrique :     2     1     1     Ces.   2          2    1    1

                  Midi le juste        y compose de feux (*plurielle avec x)
Métrique :     2    1   1    Ces.     1     3      1    1

                  La mer, la mer,        toujours recommencée
Métrique :    1   1     1   1   Ces.      2         4

                  O récompense      après une pensée
Métrique :   1      3      Ces.    2     2     2

                  Qu'un long regard      sur le calme des dieux! (*plurielle avec x)
Métrique :     1      1      2   Ces.   1    1     2    1     1


Autre Exemple:

                  Un seul s'est réveillé        de ce funèbre somme,
Métrique :    1    1     1        3    Ces.  1   1     3       1

                  Les deux autres... O vous,      qu'un plus digne vous nomme,
Métrique :    1     1      2       1    1   Ces.   1      1     2      1     1

                  Qu'un plus proche de vous        dise qui vous étiez! (*plurielle avec z)
Métrique :     1      1      2     1   1   Ces.   2   1     1     2

                  Moi, je salue en vous        le genre humain qui monte,
Métrique :    1     1    2     1   1   Ces.    1    1     2      1     1

                  Indomptable vaincu        des cimes qu'il affronte,
Métrique :       4          2    Ces.   1     2       1       2

                  Roi d'un astre, et pourtant      jaloux des cieux entiers! (*plurielle avec s)
Métrique :    1     1      1     1      2    Ces.     2     1     1       2

(Notez Que cette dernière rime plurielle en s: "entiers" rime avec une autre rime
plurielle en z: "étiez")




La règle générale qui détermine une rime féminine est la suivante: "Une rime est
féminine quand la dernière syllabe accentuée du dernier mots du vers est suivie
d'une syllabe comportant un e caduc ou quand cette syllabe contient elle-même un
e caduc."


Il résulte de cette règle que:

1) toutes les rimes singulières qui ce termine par un e sans accent sont
féminines.

Exemples:

                  "Temple du Temps,      qu'un seul soupir résume,
Métrique :     2      1     1    Ces.   1        1     2       2 (Féminine)

                  "À ce point pur     je monte et m'accoutume,
Métrique:   1   1   1     1   Ces.   1   1     1       3 (Féminine)

                  "Tout entouré        de mon regard marin;
Métrique :     1      3    Ces.   1   1     2       2 (Masculine)

                  "Et comme aux dieux      mon offrande suprême,
Métrique :    1   1     1    1   Ces.   1     3         2 (Féminine)

                  La scintillation      sereine sème
Métrique :    1        5       Ces.     3       1 (Féminine)
(notez l'impression produit par la césure à 6/4 au lieu de 4/6 dans le reste de
la strophe)

                  "Sur l'altitude un    dédain souverain. (Masculine)
Métrique :         1        3     Ces.   1    2         3


2) Les rimes qui ce terminent en "ent" quand le e est prononcé sont aussi
féminine. Ainsi  "rendent" et "défendent" sont des rimes féminines.

Exemples:

                  Les cris aigus      des filles chatouillées,
Métrique :     1     1     2    Ces. 1      2         3        (Féminine)

                  Les yeux, les dents,      les paupières mouillées,
Métrique :     1     1     1     1    Ces. 1       3         2       (Féminine)

                  Le sein charmant        qui joue avec le feu,
Métrique :     1    1       2     Ces.   1     1    2    1   1 (Masculine)

                  Le sang qui brille      aux lèvres qui se rendent,
Métrique :     1    1    1     1    Ces.   1     2       1    1     1    (*Féminine)

                  Les derniers dons,      les doigts qui les défendent,
Métrique :     1      2       1    Ces. 1     1     1    1      2 (*Féminine)

                  Tout va sous terre      et rentre dans le jeu!
Métrique :     1    1    1     1   Ces. 1     2      1     1   1 (Masculine)


Cependant "mouvement" et "changement" sont des rimes masculines car le e n'est
pas prononcé mais participe à former une autre rime qui est elle masculine:
"an".

Une autre conséquence est que ces deux types de rimes les unes masculines tel
que "mouvement" et l'autre  Féminine tel que "défendent" ne rime pas entre elles
ce qui est consistant avec la phonétique mais pas avec l'ortographe.


Exemples:

                  Les morts cachés      sont bien dans cette terre (Féminine)
Métrique :      1     1    2    Ces.   1   1     1     2     1

                  Qui les réchauffe      et    sèche leur mystère.  (Féminine)
Métrique :     1     1      2     Ces.   1   2      1      2

                  Midi là-haut,      Midi sans mouvement (*Masculine)
Métrique :      2    1   1    Ces.    2     1      3

                  En soi se pense          et convient à soi-même (Féminine)
Métrique :     1   1    1    1    Ces.    1      2      1   1     1   

                  Tête complète        et parfait diadème, (Féminine)
Métrique :     2        2     Ces.   1     2      3

                  Je suis en toi        le secret changement. (*Masculine)
Métrique :      1   1     1   1  Ces.   1     2       3

3) Les rimes plurielles sont féminines quant l'avant dernière lettre (avant
celle qui marque le plurielle (x,s,z)) est un e sans accent, que cet e soit
prononcé ou non.

Exemples:

                  Tu n'as que moi        pour contenir tes craintes!   (*Féminine plurielle)
Métrique :     1    1    1    1  Ces.    1       3       1       1

                  Mes repentirs,          mes doutes, mes contraintes (*Féminine plurielle)
Métrique :    1       3        Ces.    1     2       1       2

                  Sont le défaut      de ton grand diamant! . . . (Masculine singulière)
Métrique :     1     1     2   Ces.   1   1      1      3

                  Mais dans leur nuit      toute lourde de marbres, (*Féminine plurielle)
Métrique :     1     1     1    1   Ces.    2       2     1     1

                  Un peuple vague      aux racines des arbres (*Féminine plurielle)
Métrique :     1     2      1   Ces.   1      3      1     1

                  A pris déjà      ton parti lentement. (Masculine singulière)
Métrique :    1    1     2   Ces.   1     2       3   


Il est interdit de faire rimer une rime masculine avec une rime féminine.

Il est aussi interdit de faire rimer entre elle une rime singulière avec une
rime plurielle.


Il est à noter que Tous vers comportant une rime féminine a par conséquent un
mètre de plus qui ne compte pas bien qu'il soit parfois prononcé. Ceci justifie
Qu'il soit interdit de faire rimer une rime masculine et Féminine ensemble car
cela reviendrait dans bien des cas à mettre à la rime deux vers de métriques
différentes de manière incontrôlée.

Quant à l'autre règle qui interdit de rimer une rime plurielle et singulière,
c'est un archaïsme qui date du temps ou l'on prononçait les plurielles comme on
le fait toujours en Anglais. Il est pourtant peut-être prudent de continuer à
respecter cette règle en cas de changement futur.

En versification classique on doit en principe alterner les rimes masculines et
féminines comme indiqué dans les exemples ci-dessus.
Depuis La pléiade du XVIème Siècle, la plus part des versificateurs ont respecté
cette règle scrupuleusement.

Pourtant la encore on peut argumenter qu'il s'agit d'un archaïsme puisque dans
bien des cas une rime masculine peut produire un son féminin. Ainsi en Français
moderne "produire" produit le même son que "mourir".


Cette règle de l'alternance des rimes féminines et masculines est une autre
conséquence de la prononciation des e caducs en vieux Français.

George Brassens chantait le poème d'antoine Paul de la manière suivante:

Mais si l'on a manqué sa vie-eu
On songe avec un peu d'envie-eu
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre-eu
Aux coeurs qui doivent vous attendre-eu
Aux yeux qu'on n'a jamais revus.


Tandis qu'en Français moderne ce type de diction a presque disparu,
Voilà ce qui ce passait à l'époque ou l'on prononçait encore les e muets
et lorsque l'on faisait jouer une série de rime féminines successives sans
les alterner:

Christine De Pisan:
"Le dieu d'Amours par moy il vous presente-eu
Ces roses ci de voulenté entiere-eu,
Cueillies sont de trés loyal entente-eu
Es beaulx vergiers dont je suis courtilliere-eu.
Si vous mande qu'a trés joyeuse chiere-eu
Preigniez le don, mais c'est par convenant.
Que desormais en trestoute maniere-eu
Yrez l'onneur des dames soustenant."

Francois Vilon:
"Prince Jhésus, qui sur tous a maistrie-eu,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie-eu:
A luy n'avons que faire ne que souldre-eu.
Hommes, icy n'a point de mocquerie-eu;
Mais priez Dieu que tous nous vueille absouldre-eu!"

On s'aperçoit dans les deux exemples ci-dessus que les répétitions
du son "eu" pouvaient poser un problème.



Les Différentes Dispositions De Rimes.

Les Rimes Plates

Les rimes sont dites plates lorsqu'elles alternent deux par deux.

Exemple:

Trois s'arrêtent, et moi, cherchant ce qu'ils voyaient,
J'aperçois tout à coup deux yeux qui flamboyaient,

Et je vois au delà quatre formes légères
Qui dansaient sous la lune au milieu des bruyères,

Comme font chaque jour, à grand bruit sous nos yeux,
Quand le maître revient, les lévriers joyeux.


Les rimes croisées

Les rimes sont dites croisées quant elles alternent une à une.

Exemple:

Seuls, les grands blés mûris, tels qu' une mer dorée,
Se déroulent au loin dédaigneux du sommeil:
Pacifiques enfants de la terre sacrée,
Ils épuisent sans peur la coupe du soleil.


Les rimes embrassées.

Les rimes sont dites embrassées lorsqu'un couple de rimes de même type précédent
et sont précédés par deux rime d'un autre type.

Exemple:

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu'éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle


Autre exemple:

Pères profonds, têtes inhabitées,
Qui sous le poids de tant de pelletées,
Êtes la terre et confondez nos pas,
Le vrai rongeur, le ver irréfutable
N'est point pour vous qui dormez sous la table,
Il vit de vie, il ne me quitte pas!


Les Rimes Libres

Les rimes sont dites libres ou mêlées lorsque leur successions sont libres bien
que respectant la règle de l'alternance des rimes féminines et masculines.

Exemple:

Je ne sais pourquoi
Mon esprit amer
D'une aile inquiète et folle, vole sur la mer,
Tout ce qui m'est cher,
D'une aile d'effroi
Mon amour le couve au ras des flots. Pourquoi, pourquoi?
Mouette à l'essor mélancolique.
Elle suit la vague, ma pensée,
A tous les vents du ciel balancée
Et biaisant quand la marée oblique,
Mouette à l'essor mélancolique.
Ivre de soleil
Et de liberté,


On voit que dans l'exemple ci-dessus des vers de métriques différentes sont
mêlés comme dans les fables de Lafontaine.



Les Différents Types De vers.

Les vers sont classes en catégories d'après leur métriques. Les vers les plus
employés par les poètes jusqu'à la révolution romantique ont été les vers pairs
de mesure 6 (Hexasyllabe ou Hexamétre), 8 (Octosyllabe), 10 (Décamètre) et 12
(tétramètre ou Alexandrin)

Six Mètre (Hexamétre)

Exemple:

                  Dieu! La voix sépulcrale
Métrique :    1     1   1        3 (3/3)

                  Des Djinns!... - Quel bruit ils font!
Métrique :   1     1             1     1     1     1

                  Fuyons sous la spirale
Métrique :     2      1   1      2

                  De l'escalier profond!
Métrique :  1       3         2   

                  Déjà s'éteint ma lampe,
Métrique :    2       2      1   1

                  Et l'ombre de la rampe..
Métrique :   1     2      1   1   1

                  Qui le long du mur rampe,
Métrique :   1    1    1    1   1     1

                  Monte jusqu'au plafond.
Métrique :    2      1     1      2


Huit Mètre (Octosyllabe)

Exemple:

                  Moi, le triste instinct m'y ramène :
Métrique :   1     1    1       2         1     2

                  Rien n'a changé là que le temps;
Métrique :  1     1     2      1   1    1    1

                  Des lieux où notre oeil se promène,
Métrique :   1     1     1    1     1     1     2

                  Rien n'a fui que les habitants.
Métrique :  1     1    1    1    1       3   

Notez que la position de la césure est très variable dans les vers de huit
syllabes et moins, car la césure est alors plus difficile à contrôler.
Ceci a pourtant l'avantage de forcer le bris de la monotonie.


Dix Mètres (Décasyllabe Ou Décamètre)
Il y a deux types majeurs de Décamètre. L'un a une césure à 5/5 et donne un rythme
de chanssons:


                  J'ai dit à mon coeur,      à mon faible coeur:
Métrique :     1    1   1   1     1    Ces.   1   1     2       1 (5/5)

                  N'est-ce point assez        d'aimer sa maîtresse?
Métrique :     1     1    1      2    Ces.      2     1       2   (5/5)

                  Et ne vois-tu pas        que changer sans cesse,
Métrique :    1   1    1    1   1   Ces.   1      2       1     1 (5/5)

                  C'est perdre en désirs        le temps du bonheur?
Métrique :     1       1     1     2    Ces.   1    1     1     2 (5/5)



Quant à l'autre qui possède une césure à 4/6, l'un des exemples le plus connu est donné par Paul Valéry dans
le cimetière marin:


                  Quel pur travail        de fins éclairs consume
Métrique :     1    1      2     Ces.    1    1      2        2 (4/6)

                  Maint diamant        d'imperceptible écume,
Métrique :     1       3     Ces.          4            2   (4/6)

                  Et quelle paix        semble se concevoir!
Métrique :    1     2      1   Ces.     2     1      3    (4/6)

                  Quand sur l'abîme        un soleil se repose,
Métrique :     1     1     2     Ces.   1     2     1    2   (4/6)

                  Ouvrages purs        d'une éternelle cause,
Métrique :      3       1    Ces.   1        4        1 (4/6)

                  Le temps scintille        et le songe est savoir.
Métrique :    1    1         2     Ces.   1   1    1     1     2 (4/6)



Douze Mètres (Tétramètre Ou Alexandrin)

C'est de loin le vers le plus commun en  Poésie Française.

Exemple:

                  Tout est vide et muet.      Rien qui nage ou qui flotte,
Métrique :    1    1    1   1   2     Ces.    1   1    1    1   1     1 (6/6)

                  Qui soit vivant ou mort,        qu'il puisse entendre ou voir.
Métrique :    1    1      2     1    1   Ces.     1       1       2      1   1(6/6)

                  Il reste inerte, aveugle,      et son grêle pilote (6/6)
Métrique :    1    1      2        2      Ces.   1   1     2     2

                  Se pose pour dormir        sur son aileron noir.
Métrique :   1   2   1       2    Ces.   1    1      3      1   (6/6)



Les Vers impairs ont commencés à être utilisés d'une manière significative au
19ème siècle par Lamartine.

En voici un exemple ou il y a utilisation de vers de sept syllabes:

                  C'est alors que ma paupière
Métrique :   1      2     1    1    2

                  Vous vit pâlir et mourir,
Métrique :        1     1     2    1      2

                  Tendres fruits qu'à la lumière
Métrique :        2        1      1    1   2

                  Dieu n'a pas laissé mûrir !
Métrique :         1    1    1     2       2

                  Quoique jeune sur la terre,
Métrique :          2        2    1    1    1

                  Je suis déjà solitaire
Métrique :        1    1     2       3

                  Parmi ceux de ma saison,
Métrique :         2      1    1   1     2

                  Et quand je dis en moi-même :
Métrique :       1    1     1   1    1     2

                  Où sont ceux que ton coeur aime ?
Métrique :        1    1     1    1    1     1      1

                  Je regarde le gazon.
Métrique :       1     3      1    2

D'une manière générale, tout types de mesures ont été utilisées depuis le vers
à un mètre:

Exemple:


Fort
Belle,
Elle
Dort;

Jusqu'à ceux de treize mètres.

Il y a même eu des tentatives de métrique plus long quatorze, quinze syllabes
mais sans grand succés.


Vers Libres
En poésie classique les vers sont dit libres quant différents types de vers sont
mélangés, tant que l'alternance des rimes féminines et masculines est respectée
et que chaque vers obéit à ses propres lois.

Exemple:
................................................

                  Une Mouche survient,      et des chevaux s'approche;
Métrique :    2      2       2      Ces.   1   1      2          2 (6/6)

                  Prétend les animer        par son bourdonnement;
Métrique :      2      1      3    Ces.   1    1        4    (6/6)

                  Pique l'un, pique l'autre,        et pense à tout moment
Métrique :     2      1      2        1     Ces.   1     1    1    1     2 (6/6)

                  Qu'elle fait      aller la machine,
Métrique :     2       1    Ces.   2     1     2   (3/5)

                  S'assied sur le timon,        sur le nez du Cocher;
Métrique :       2      1    1    2     Ces.   1   1   1   1     2 (6/6)

                  Aussitôt que      le char chemine,
Métrique :       3      1   Ces.   1   1     2 (4/4)

                  Et qu'elle voit        les gens marcher,
Métrique :   1     2      1    Ces.   1    1       2 (4/4)

                  Elle s'en attribue        uniquement la  gloire;
Métrique :    2      1       3     Ces.      4        1     1   (6/6)

Note: On a parfois appelé "vers libres moderne" des successions de phrases
n'obéissant à aucune règle. Dans ce cas il n'y a vraiment aucune distinction
logique avec la prose et l'on ne peut plus parler de versification.



Les Différentes Types De Strophes.

Les poèmes sont divisés en groupes de vers indépendants appelés strophes ou
stances.



La Strophe De Deux Vers ou Distiques.

Exemple:
La chair est triste, hélas ! et j'ai lu tous les livres.
Fuir ! là-bas fuir! Je sens que des oiseaux sont ivres

D'être parmi l'écume inconnue et les cieux !
Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux

Ne retiendra ce coeur qui dans la mer se trempe
Ô nuits ! ni la clarté déserte de ma lampe

Sur le vide papier que la blancheur défend
Et ni la jeune femme allaitant son enfant.

Je partirai ! Steamer balançant ta mâture,
Lève l'ancre pour une exotique nature !


La Strophe De Trois Vers Ou Tercet.

Exemple:
U, cycles, vibrement divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides
Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux;


La Strophe De Quatre Vers Ou Quatrain.

Exemple:
Midi, roi des étés, éperdu sur la plaine,
Tombe en nappes d' argent des hauteurs du ciel bleu.
Tout se tait. L' air flamboie et brûle sans haleine:
La terre est assoupie en sa robe de feu.

La Strophe De Cinq Vers Ou Quintil Contenant Trois Vers Rimants.

Exemple:
Doux fantômes ! c'est là, quand je rêve dans l'ombre,
Qu'ils viennent tour à tour m'entendre et me parler.
Un jour douteux me montre et me cache leur nombre.
A travers les rameaux et le feuillage sombre
Je vois leurs yeux étinceler.


La Strophe De Six Vers (Sixain)

Exemple:
Ô famille ! ô mystère ! ô cour de la nature !
Où l'amour dilaté dans toute créature
Se resserre en foyer pour couver des berceaux,
Goutte de sang puisée à l'artère du monde
Qui court de cour en cour toujours chaude et féconde,
Et qui se ramifie en éternels ruisseaux !



La Strophe De Sept Vers(septain)

Exemple:
Si ton coeur, gémissant du poids de notre vie,
Se traîne et se débat comme un aigle blessé,
Portant comme le mien, sur son aile asservie,
Tout un monde fatal, écrasant et glacé ;
S'il ne bat qu'en saignant par sa plaie immortelle,
S'il ne voit plus l'amour, son étoile fidèle,
Eclairer pour lui seul l'horizon effacé;



La Strophe De Huit Vers (huitain)

Exemple:
Consumés de désirs, dactyles et curètes,
Les cabires velus délaissent leurs marteaux
Et l' âtre où nuit et jour ruissellent les métaux
Au fond des cavités secrètes.
Haletants, du sommet des rochers hasardeux,
Comme de noirs troupeaux ils roulent sur les pentes,
Et les asphodèles rampantes
Ont couronné leurs fronts hideux.


La Strophe De Dix Vers Ou Dizain
Cette strophe a été utilisés pour le lyrique.
La forme la plus courante est en vers de huit syllabes comme ci-dessous:

Le mur est gris, la tuile est rousse,
L'hiver a rongé le ciment;
Des pierres disjointes la mousse
Verdit l'humide fondement;
Les gouttières, que rien n'essuie,
Laissent, en rigoles de suie,
S'égoutter le ciel pluvieux,
Traçant sur la vide demeure
Ces noirs sillons par où l'on pleure,
Que les veuves ont sous les yeux;

La strophe de Douze Vers (Douzain)
La strophe de douze vers se fait le plus souvent en vers de huit
syllabes.

Oh ! demain, c'est la grande chose !
De quoi demain sera-t-il fait?
L'homme aujourd'hui sème la cause,
Demain Dieu fait mûrir l'effet.
Demain, c'est l'éclair dans la voile,
C'est le nuage sur l'étoile,
C'est un traître qui se dévoile,
C'est le bélier qui bat les tours,
C'est l'astre qui change de zône,
C'est Paris qui suit Babylone ;
Demain, c'est le sapin du trône,
Aujourd'hui, c'en est le velours !


Douze vers est une limite qui n'a été dépasse que rarement notamment par Pierre
De Ronsard et André Chénier,
Quant à la strophe de neuf vers ou neuvain, elle est rare.



Une strophe est dite isométrique quand elle ne comporte que des vers d'une même
longueur.

Exemple:
                  L' immense mer sommeille.      Elle hausse et balance
Métrique :         3      1       2      Ces.    2     1     1     2 (6/6)   =12

                  Ses houles où le ciel        met d'éclatants îlots.
Métrique :    1     2      1   1   1   Ces.   1        3         2 (6/6)     =12

                  Une nuit d'or emplit      d'un  magique silence
Métrique :    2    1      1      2    Ces.   1      3       2 (6/6)        =12

                  La merveilleuse horreur        de l'espace et des flots.
Métrique :    1        3          2     Ces.   1     2      1   1   1 (6/6) =12




Une strophe est dite antisymétrique dans le cas contraire.

Exemple:
                  Maintenant que mon temps        décroît comme un flambeau,
Métrique :       3        1    1     1    Ces.     2        1    1      2 (6/6) =12

                  Que mes tâches        sont terminées;
Métrique :    1    1     2     Ces.    1       3   (4/4) =8

                  Maintenant que voici que je touche au tombeau
Métrique :       3        1     2    1    1     1     1     2    (6/6) =12

                  Par les deuils        et par les années,
Métrique :    1    1     1     Ces.   1    1    1       2   (3/5) =8



Les effets sonores

Les effets sonores apporte une grand valeur à la poésie qui bien que la rendant
intraduisible la rapproche de la musique. On distingue les hiatus, les
allitérations et les cacophonies.


L'Hiatus

L'hiatus est la rencontre de deux voyelles (a e i o u y) entre deux ou même à
l'intérieur d'un mot.
Dans bien des cas L'hiatus forme un son désagréable particulièrement lorsqu'une
voyelle se succède à elle-même mais pas toujours. Toute fois on évite ce genre
de rencontre en littérature en général et pas seulement en poésie car le hiatus
non seulement sonne mal mais aussi est plus difficile à prononcer.

Exemple:

Comme des oasis a mis les cimetières
                                  *

Voici la liste de tout les hiatus possibles et théoriques:

1 (a a) (a e) (a i) (a o) (a u) (a y)
2 (e a) (e e) (e i) (e o) (e u) (e y)
3 (i a) (i e) (i i) (i o) (i u) (i y)
4 (o a) (o e) (o i) (o o) (o u) (o y)
5 (u a) (u e) (u i) (u o) (u u) (u y)
6 (y a) (y e) (y i) (y o) (y u) (y y)

Il n'y a pas d'hiatus lorsque deux voyelles se rencontrent par l'élision d'un e
caduc.
Exemple:
l' époque antérieure à l' époque prochaine,
                *                  *

Cela éliminerait des hiatus la deuxième ligne de la liste ci-dessus s'il n'y
avait pas les e accentués.


En théorie on peut considérer qu'Il y a aussi hiatus lorsqu'une consonne muette
sépare les deux voyelles successives.

Exemple:

et glacée et brûlante, au bruit amer des flots
                 *
Pourtant dans le cas ci-dessus cela ne conduit pas à un effet sonore
désagréable.

Mais si la consonne est prononcée alors le hiatus disparaît. Ainsi il n'y a pas
de hiatus lorsque deux voyelles ce rencontre mais sont separées par un h aspiré.

Exemples:
car vous ne portez pas l' injustice et la haine.
                                                                    *
D'une manière générale dans les cas ou un son désagréable serait produit on fait
la liaison entre la consonne et la voyelles suivante ce qui évite le hiatus. On
peut donc dire que d'une certaine manière le français est équipé comme bien
d'autres langages de systèmes "anti-hiatus" automatiques.

En voici quelques exemples:

dont + il Donne dont-il
Les + amants donne les-amants
La + étoile donne l'étoile

Les pseudo-hiatus
Le "vrais" hiatus n'est pas la seule façon de produire des sons désagréables
Ainsi certaines terminaisons émettant un son voyelle tel que: "on", "en", "au",
"ien", "ieu", "eu", et "es" peuvent sonner mal à l'oreille lorsqu'ils sont
suivis ou précédés d'une voyelle ou d'une autre terminaison à son voyelle.

Exemple:
connaître la liqueur en en brisant le vase!
L'épée au flanc, l'oeil clos, la main encore émue.


Au cour des temps Les poètes ont souvent eu recours aux hiatus avec succès
jusqu'à Malherbe ,qui a essayé de proscrire L'hiatus.

Pourtant si l'on proscrirait le hiatus complètement et si de plus on ajoutait à
l'interdiction, les hiatus intrinsèques des mots alors on en arriverait à cette catastrophe
littéraire au cour de laquelle des pans entiers du dictionnaire français s'effondreraient et
deviendraient inutilisables en poésie.


Les Allitérations
On appelle allitération la répétition de syllabes ou consonnes.

Exemple:
Après bien du travail le Coche arrive au haut.
                                                                     *     *

(* *Notez cette allitérations traduisant l'essoufflement.)


Les Cacophonies
la cacophonie est typiquement produite par la répétition rapide de syllabes
typiquement nasales ou gutturales. Il peu y avoir une valeur sonore dans
certaines cacophonies mais le plus souvent elle donne un son désagréable et sont
par conséquent à éviter. Voltaire était infameux pour quelques cacophonies bien
lancées!

Exemple:
Non, il n'est rien que Nanine n'honore.


D'une manière générale et bien que le hiatus et la cacophonie aient mauvaise
réputation il y a des cas dans lesquels ils peuvent former des sons élégants.
D'une manière générale Il y a lieu d'écarter toute constructions sonores qui
sonnant mal qu'on leur ait donné un nom ou pas.


Les formes fixes

Les poètes ont inventé plusieures formes fixes de poèmes qui ce caractérisent
par un certain type de strophe et une disposition particulière des rimes. La
plus part de ces formes, très employées jusqu'à la fin de l'époque classique,
ont depuis presque toutes été abandonnées. Seul le sonnet et la ballade
demeurent.


Le Sonnet

Le sonnet est composé de deux quatrains à rimes croisées
suivit de deux tercets à rimes embrassées.

Toute les rimes du premier quatrain sont répétés dans le
deuxième.

Exemple:
El Desdichado (Gérard De Nerval)

Je suis le ténébreux, - le veuf - l'inconsolé,
Le prince d'Aquitaine à la tour abolie:
Ma seule étoile est morte, - et mon luth constellé
Porte le soleil noir de la Mélancolie.

Dans la nuit du tombeau, toi qui m'as consolé,
Rends-moi le Pausilippe et la mer d'Italie,
La fleur qui plaisait tant à mon coeur désolé,
Et la treille où le pampre à la rose s'allie.

Suis-je Amour ou Phébus?... Lusignan ou Biron?
Mon front est rouge encor du baiser de la reine;
J'ai rêvé dans la grotte où nage la sirène...

Et j'ai deux fois vainqueur traversé l'Achéron:
Modulant tour à tour sur la lyre d'Orphée
Les soupirs de la sainte et les cris de là fée.


La Ballade
La ballade est composée de trois huitain typiquement en octosyllabe
avec à la fin de chaque groupes de huitains un envoi.
Chaque huitain répété les rimes du premier huitain.

Quant à l'envoi, il est fait d'un quintil (parfois d'un quatrain)
à rime croisées qui répété encore les quatre ou cinq dernières
rimes des huitains.


Ballade de Banville aux Enfants perdus


Je le sais bien que Cythère est en deuil!
Que son jardin, souffleté par l'orage,
O mes amis, n'est plus qu'un sombre écueil
Agonisant sous le soleil sauvage.
La solitude habite son rivage.
Qu'importe! allons vers les pays fictifs!
Cherchons la plage où nos désirs oisifs
S'abreuveront dans le sacré mystère
Fait pour un choeur d'esprits contemplatifs:
Embarquons-nous pour la belle Cythère.

La grande mer sera notre cercueil;
Nous servirons de proie au noir naufrage,
Le feu du ciel punira notre orgueil
Et l'aquilon nous garde son outrage.
Qu'importe! allons vers le clair paysage!
Malgré la mer jalouse et les récifs,
Venez, partons comme des fugitifs,
Loin de ce monde au souffle délétère.
Nous dont les coeurs sont des ramiers plaintifs,
Embarquons-nous pour la belle Cythère.

Des serpents gris se traînent sur le seuil
Où souriait Cypris, la chère image
Aux tresses d'or, la vierge aux doux accueil!
Mais les amours sur le plus haut cordage
Nous chantent l'hymne adoré du voyage.
Héros cachés dans ces corps maladifs,
Fuyons, partons sur nos légers esquifs,
Vers le divin bocage où la panthère
Pleure d'amour sous les rosiers lascifs:
Embarquons-nous pour la belle Cythère.

Envoi.
Rassasions d'azur nos yeux pensifs!
Oiseaux chanteurs, dans la brise expansifs,
Ne souillons pas nos ailes sur la terre.
Volons, charmés, vers les Dieux primitifs!
Embarquons-nous vers la belle Cythère.

A SUIVRE. . . .



http://www.poesies.net
Tout Droits Reservés 2006












RetourCarte du SiteContactsAide
Notice De Droit D'auteur • .Terme d'usageQuestions

© 2005 Poesies.net Montreal, Toronto Paris