Poèmes Commentés
Les meilleurs rêves de la poésie Française


Des Vers Inoubliables!

RETOUR PERIODES THEMES AUTEURS LIENS

15eme Siècle16eme
Siècle
17eme Siècle18eme
Siècle
19eme
Siècle
20eme Siècle21eme SiècleClassiqueRomantique



RECHERCHER

FOCUS
L'école De Versification
La Poésie Au Théâtre
Poésie Et Sculpture
Poésie Et Musique
Poésie Et Peinture

POÈMES CHOISIS
Poème 0
Poème 1
Poème 2
Poème 3
Poème 4
Poème 5
Poème 6
poème 7
poème 8
poème 9
Poème 10
Poème 11
Poème 12
Poème 13
Poème 14
Poème 15
Poème 16
Poème 17
Poème 18
poème 19
Poème 20
Poème 21
Poème 22
Poème 23
Poème 24


Topics
             * Musique: Camille Saint Saens: Crto Piano 2 Mvt 2 (Transcription Litz)*

Événements de l'époque :: La vie des Auteurs :: Les contextes
Current Date/Time 2
A Léane
Qui sommes-nous, perdus comme un sanglot d’écume
Parmi les fleuves las où saignent nos élans?

(Cliquer Ici Pour Le Poème: Le zenith.)








A Léane.
Par Thierry Cabot

Editions ÉLP









Au feu de quelle étoile, à l’or de quelle rive,
Avons-nous quelquefois réchauffé nos pieds lourds ?
Dans quel espace vain flottant à la dérive
Et rongé par la lèpre invisible des jours ?

Qui sommes-nous, perdus comme un sanglot d’écume
Parmi les fleuves las où saignent nos élans ?
Qui sommes-nous, tachés de soleil et de brume
Et si riches de dons et de voeux chancelants ?

Adieu ! beaux rires clairs, adieu ! fauves haleines ;
Adieu ! soupirs mêlés sous le ciel enjôleur.
La joie aimante éclate avec ses ruches pleines
Mais la mort est tapie au fond de chaque fleur.

Ah ! ne savons-nous pas que tout se décompose,
Que l’aube court déjà, tremblante, vers le soir,
Que nous ne respirons jamais la même rose,
Que tout succède à tout et se fond dans le noir ?

Matins frais ! lisses doigts ! épopée ivre et tendre !
Nos aveugles destins filent d’un pas têtu.
Balayés ! les coeurs fous toujours prêts à s’éprendre,
Enfuis ! les mots soufflés en un chant qui s’est tu.

Hélas ! comment peut-on, la paupière défaite,
Laisser là notre monde aux vins délicieux ?
Comment quitter l’éclat des longs chemins en fête
Et ne plus voir la terre et ne plus voir les cieux ?

Or pitoyables nains mordus par l’éphémère,
Comme nous avons cru dépouiller l’éternel
En caressant nos biens d’une ferveur amère,
En couvant nos bijoux d’un émoi fraternel !

Pour quelques passions labiles et fuyantes,
Nous avons serré fort jusqu’à l’avidité
Des bras vertigineux et des mains défaillantes
Fleuris sous les yeux chauds d’on ne sait quel été.

Nous avons tant de fois chéri de fausses gloires,
Tant de fois lâchement fait sonner notre orgueil,
Tant de fois enlacé des rêves dérisoires
Malgré la suffocante image du cercueil.

Pendant que la vieillesse armait son poing sévère,
Comme nous avons mis de haine et de fureur
A briser le plafond de nos cages de verre,
A maudire le temps sournois et massacreur !

Comme nous avons dû, soûlés d’arrière-mondes,
Cultiver en sursaut quelque louche au-delà :
Eldorados naïfs crevant d’espoirs immondes !
Glauques ailleurs vomis sur des airs de gala !

Et comme sans jamais prévenir les désastres,
Nous avons chaque jour tant et plus, tant et plus
Baisé de jeunes fronts aussi beaux que des astres
Et de chers doigts noueux, vacillants et perclus !

Mais qu’ici-bas du moins une flamme demeure,
Une épaule magique aux lumineux contours !
Que jaillissent du moins, volés à la même heure,
Les cris ensoleillés de millions d’amours !

Tant pis ! s’il faut demain périr d’un coup funeste.
C’est trop de vivre nus embués de néant,
Trop de mettre à genoux l’idéal qui nous reste,
Trop de guillotiner nos envols de géant.

Oh ! tant pis ! si le col majestueux des cygnes
Doit éclater bientôt comme un vulgaire fruit.
Tant pis ! si quelques-uns traînent des maux insignes
Et d’autres maint bonheur depuis longtemps détruit.

Léane, ma poupée à la lumière blonde,
Les vents purs, ce matin, cajolent l’univers ;
Tes jolis pieds en feu, plus ondoyants que l’onde,
Volent sur le lit tiède et soyeux des prés verts.

Que t’importent les fous englués de nuit blême
Et leurs immenses deuils rougis de sang vermeil !
La vie en toi, Léane, éprise d’elle-même
Coule, telle admirable, une eau sainte en éveil.

Oui, va foulant l’espace ébloui qui t’adore ;
On dirait que l’azur boit chacun de tes pas ;
Nous avons dans les yeux la même douce aurore
Et je te comblerai de ce que tu n’as pas.

Léane, l’heure est vaste à qui se sent des ailes ;
Quelque chose de bon fascine et charme l’air ;
J’ai ta candeur, ma fée, au bout de mes prunelles
Comme si pour moi seul ton coeur devenait clair.

Cent effluves de joie illuminent tes gestes ;
Le monde étale au loin sa féconde santé ;
Conquête radieuse ! aventures célestes !
Tu cours, pleine d’un songe inouï de beauté. . .

O tous deux ! aimons-nous sans nuage ni voiles !
Léane, toi ma chair, l’enfant de mon enfant
Dont les petites mains font rire les étoiles,
O Léane ! si frêle au soleil triomphant !

©Copyright 2007-2011

Consultez La Notice De Droit D'auteur Avant De Reproduire!









RetourCarte du SiteContactsAide
Notice De Droit D'auteur • .Terme d'usageQuestions

© 2005 Poesies.net Montreal, Toronto Paris